48_40_fnac_nr.gif (483 octets)

Logo03.jpg (35290 octets)

La  Culture  au   Sommet  de  son  Art    Jeudi 26 octobre 2006  St Dimitri                                                                           delirium.lejournal@free.fr    

126X32-b-logo.gif (1562 octets)

 


Sur Delirium Le Journal

Analyse

Rôle de la musique dans la vie traditionnelle africaine

L'étroite relation entre la musique, la danse, la parole et finalement la vie sociale rend souvent difficile
l'établissement d'une distinction très stricte entre musique profane et musique sacrée.
Il existe cependant des genres qui appartiennent plus précisément au domaine sacré (musiques rituelles, musiques d'initiation) que d'autres (berceuses, complaintes), même si ceux-ci s'y rattachent aussi d'une certaine manière.

Concours de Nouvelles  thème: Rupture

Musique profane

On rencontre ainsi des types de musique, relativement détachés du sacré et semblables par le genre (chant de travail, musique de divertissement, berceuses, complaintes) et parfois même une structure musicale (la rythmique et les tournures mélodiques des chants d'enfants) qui se retrouve un peu partout dans le monde. Certains de ces musiques sont jouées dans la solitude pour endormir un enfant, pour exprimer la mélancolie ou tout simplement
pour se divertir. La musique et la danse sont souvent associées au point que l'une ne peut pas exister sans l'autre, tel ce divertissement des femmes Balari du Congo qui chantent en s'accompagnant elles-mêmes d'une suite rythmique composée à partir d'un ensemble de percussions, d'entrechocs et de résonances exclusivement corporels, obtenus au cours d'une sorte de danse des mains jointes, doigts écartés.

La danse est exécutée en position assise :dans un mouvement vertical de va-et-vient, les deux mains jointes viennent percuter sur la tranche supérieure, tantôt contre le menton, tantôt contre le front. Au cours de cette danse , les doigts s'entrechoquent à chaque percussion contre le genou, le menton ou le front. Tandis qu'une seule femme chante véritablement, le jeu rythmique est obtenu au total par la combinaison de la danse des deux mains jointes et de claquements de langue. Le choc des mains jointes contre le menton provoque le vibrato de la voix. Il est impossible de citer les multiples occasions au cours desquelles la musique naît de ces danses embryonnaires que sont les gestes répétés du travailleur ou de ces femmes qui, par exemple, pilent le mil à plusieurs autour d'un même mortier en faisant danser les pilons qui percutent les uns après les autres en un rythme organisé.
Les gestes du cultivateur, du piroguier engendrent des rythmes qui, comme les percussions des pileuses de mil,  se métamorphoseront en musique et danse...

Musique sacrée

La musique rituelle représente en Afrique un domaine élaboré, strictement organisé, un des plus riche de l'ensemble des manifestations musicales. A la musique rituelle se rattachent les musiques de cour, là où se développèrent des royaumes (Dahomey, Mossi, Mali, Congo). L'initiation des garçons ou des filles donne lieu à d'importantes manifestations musicales représentant souvent les aspects les plus remarquables, les plus élaborés et les plus fidèlement transmis du répertoire musical de chaque société africaine.
La naissance des jumeaux est accompagnée par des musiques spécifiques. De nombreuses manifestations musicales et chorégraphiques ont lieu au cours des funérailles. Chez les Babinga de République Centrafricaine, on jouait une certaine musique avant la chasse à l'éléphant, et une autre après que l'éléphant ait été tué.

Les sociétés secrètes d'hommes ou de femmes ont aussi leur musique rituelle. Au Tchad, chez les Toupouri, les jeunes hommes buveurs de lait de vache destiné en principe à rendre fort et à embellir. Formant une véritable société provisoire au sein même de la société à laquelle ils appartiennent, les buveurs de lait mènent
une vie particulière et ont droit à certaines libertés qui leur seraient refusées en temps normal. Ils se manifestent lors des fêtes villageoises (en chantant et en dansant), leurs chants, appris et mis au point lors des
veillées sont accompagnés par d'énormes tambours.
Les récoltes, les semailles, la pêche, la chasse donnent souvent lieu à des manifestations musicales importantes. La musique semble alors jouer un rôle de médiateur entre les hommes et les dieux ; elle détient le pouvoir d'attirer les premières pluies, de conjurer le mauvais sort, d'introniser un chef, de transformer les enfants en hommes adultes.

 

Musique professionnelle

La plupart des musiques dont il a été question précédemment étaient le fait de
gens -chasseurs, cultivateurs, initiés, enfants etc- pour qui la musique ne constitue pas l'activité principale. Il ne
faudrait pas croire pour autant que ces musiques ne nécessitent qu'un apprentissage sommaire : s'il est vrai que
les enfants apprennent à chanter en écoutant faire les autres, les jeunes hommes en cours d'initiation se sont
entraînés pendant des mois à apprendre chants et danses ; certains d'entre eux, parmi les plus doués , peuvent être admis à tenir les rôles de solistes ou d ' instrumentistes.

Dans la société des adultes il en va de même : n'est pas chanteur principal ou tambourinaire qui veut.
L'appartenance à telle ou telle famille peut être exigée pour jouer certains instruments sacrés. La société reconnaît les qualités musicales de tel ou tel dont la voix ou la virtuosité instrumentale sont jugées particulièrement remarquables.
Il existe cependant en Afrique de l'Ouest et dans les régions islamisées d'Afrique centrale ou orientale de
véritables musiciens professionnels qui ne vivent pratiquement que de leur art. Ces professionnels, qu'il est convenu d'appeler griots , sont constitués en castes fermées au sein desquelles se transmet de
génération en génération un savoir très étendu, portant non seulement sur la musique, sur l'art de jouer de certains instruments et de chanter, mais aussi sur l'histoire, l'art de flatter, de vanter les mérites des familles et des hommes, d'amuser et de distraire. Véritables dépositaires de la tradition orale, les griots sont parfois attachés à la cour d'un monarque, d'un chef ou encore d'un groupement professionnel (griot de chasseurs, griots de bouchers), parfois indépendants et voyageurs, ils vont de village en village exercer leur métier de musiciens et de louangeurs. Les instruments de musique qu'utilisent les griots sont caractéristiques en ce sens qu'ils ne se rencontrent pas en principe entre les mains de non-griots : harpe-luth « kora » et xylophone (Guinée, Sénégal,
Mali), vielle monocorde, flûte oblique, hautbois conique, longues trompettes, tambours d'aisselle (Nigeria, Tchad,
Niger). Il arrive que certains griots soient en même temps forgerons (Touareg). Il arrive aussi que des aveugles ou infirmes deviennent musiciens professionnels sans pour autant être considérés véritablement comme des griots.

La musique, comme la langue, la religion, l'organisation sociale, représente une des bases importantes de toute société traditionnelle en Afrique. Exceptionnellement isolée de tout contexte religieux et social, elle s'intègre admirablement aux divers aspects de la vie traditionnelle. N'importe qui ne joue pas n'importe quelle musique à n'importe quel moment avec n'importe quel instrument n'importe où.

Il est des musiques qui ne se jouent que tous les quinze ans, d'autres qui sont associées uniquement à telle cérémonie ou à tel genre d'activités (récoltes par exemple), d'autres qui ne peuvent être entendues que part les hommes. Chaque membre de la société traditionnelle apprend à danser, à chanter les musiques qui lui reviennent selon son sexe, son appartenance à telle ou telle classe d'âge, sa fonction sociale.
Il est difficile de généraliser tant est vaste et diversifié l'univers traditionnel africain. C'est ainsi par exemple qu'on rencontre des musiques jouées exclusivement par des professionnels (Afrique de l'Ouest), d'autres jouées uniquement par des chasseurs (Malinké)...

Il existe des musiques qu'on joue pour soi-même, pour appeler le bétail, endormir un enfant, pour s'adresser aux
dieux ou pour séduire amoureusement. Dans l'ensemble, la musique apparaît comme un langage aux vertus exceptionnellement puissantes dont on ne doit pas user inconsidérément...
Au regard de l'Afrique, la musique est faite pour être vécue. L'analyse apparaît comme inutile, voire sacrilège...

Christelle Le Gallo

~ Les Festivals d'été ~

 

 

Concours de Poèmes : Beauté

 

            

Musiques Cérémonielles du Gabon 

Analyses : Instruments de musique et primauté du timbre complexe

Au source du rap : la musique jamaicaine   

 

Rencontres Estivales Ronchin 1996      Analyses     Interviews     Discographies      Festival Tremplin Lille 1999  

 

Visites depuis le 27 décembre 2003

 Logo03bis.jpg (13968 octets)

Notre Sélection  Cinéma   Concerts   Conférences  Danse Disques Expositions  Fanzines  Prix et Concours Littéraires                                  Revues  Lecture  Salons et Rencontres Littéraires Théâtre  Thèses  Classique Opera  

Le Dictionnaire Delirium

RDV Culturels en Milieux Scolaires        BUREAU 12 Le Film   La DVDthèque   La Discothèque   DISCOGRAPHIES

Les Anciens Numéros    ABONNEZ-VOUS A DELIRIUM   Programme des interviews   Le Festival Tremplin  

Analyses Interviews Mot à Mot Livres Lettres Savoureuses

 

Vos Oeuvres  L'Anecdote  La Caricature   Le Coup deCoeur    Poèmes  Le Coup de Gueule   En Tout Délire  Dessins Humoristiques   La Nouvelle  La Photo  L'Exposition  Histoires drôles  Oeuvres d'Enfants

 

 

© Narcisse Adja /Delirium 2002-2004